Questions Mutuelle

Les réponses à toutes vos questions santé

Qu’est-ce qu’une Franchise médicale ?

Le lexique de la mutuelle santé est très riche. Le groupe nominal Franchise médicale en est un exemple. Il s’agit du montant restant aux dépens de l’assuré. On l’applique à certains types de prestations en ville et hors frais hospitaliers. On le déduit du remboursement effectué par la Sécurité sociale. Elle concerne les médicaments, le transport médical ainsi que les actes des accessoires médicaux. Elle sert à financer les programmes de la lutte anti-cancer, l’Alzheimer et la recherche scientifique. Une assurance maladie complémentaire ne rembourse par les Franchises médicales.

Combien coute une Franchise médicale ?

Une Franchise médicale est tarifée selon sa catégorie. Pour les boîtes ou flacons de médicaments, l’assuré paye 50 centimes par unité. Il en est de même pour un acte paramédical. Par contre, chaque transport sanitaire revient à 2 euros. En général, on enregistre 50 euros de Franchises médicales par individu chaque année. Par jour, ce calcul est limité à 2 euros d’actes paramédicaux et 4 euros de transports de santé. Il n’y a aucune limite pour les médicaments. Les mineurs, les assurés par la CMU ou couverture maladie universelle et les femmes enceintes ne payent pas de Franchise médicale.

 

 

Comment fonctionne la Franchise médicale ?


Il y a deux manières différentes de déduire cette charge du patient. La première est la déduction directe dans le remboursement déjà effectué. Chaque remboursement inclut déjà les Franchises médicales impliquées dans le traitement. Le relevé envoyé par la sécurité sociale contient chaque franchise médicale prélevée, son cout, la date, la nature du prélèvement, etc. La seconde manière de les déduire concerne le patient qui n’a pas encore fait d’avance sur les dépenses. Dans ce cas, la franchise est prélevée au prochain remboursement. Son prélèvement est donc différé au moment de son remboursement ou de l’un de ses ayants droit.

Le remboursement des soins dentaires en Mutuelle

Les soins dentaires coutent cher alors que la Sécurité sociale ne rembourse qu’une infime partie des dépenses effectuées là-dessus. C’est pour cette raison que beaucoup de gens hésitent à rendre visite à leur dentiste lorsqu’ils ont des problèmes dentaires. Souscrire à une société mutuelle santé est donc indispensable pour chaque individu. Elle est d’autant plus nécessaire lorsque vos soins dentaires sont accompagnés d’appareillage tel qu’une prothèse ou couronne.

Comment se passe le remboursement de la Sécurité sociale au niveau des soins dentaires ?

Tous les traitements au niveau des dents sont payés à 70 % par l’Assurance Maladie. Les traitements de base comme les caries, les extractions, les racines, le détartrage ainsi que la dévitalisation sont concernés par ces 70 %, de même pour l’insertion d’appareil dentaire et d’une prothèse. Quant à l’orthodontie, elle le rembourse à 70 % pour les mineurs de moins de 16 ans. Par contre, elle ne paye pas tout ce qui touche les traitements d’esthétique comme le blanchiment de dents. Le tarif de la grille est souvent très bas comparé au tarif réel. Par exemple, pour une couronne, le prix varie entre 336 à 1 000 euros alors que le paiement couvre juste à 75,25 euros, soit les 70 % de 107,50 euros.

Avoir une Mutuelle est nécessaire pour les traitements dentaires

Même si l’évaluation des soins faite par le dentiste est le plus juste possible, le surplus non payé par l’Assurance Maladie reste une grande dépense pour le patient. Avoir une bonne assurance maladie complémentaire est indispensable dans ce cadre. Si vous jugez que vous avez des besoins importants dans les soins dentaires, vous devez choisir une mutuelle proposant une offre forfaitaire sur ces soins et éviter les taux de remboursement. Un taux de remboursement, même à 700 %, n’arriverait pas à couvrir toutes les charges

Choisir la bonne mutuelle en fonction de ses caractéristiques

Le choix d’une mutuelle dépend de nombreux critères. Pour faire le bon choix, il faut prendre en compte certains critères afin que l’assurance choisi nous couvrir selon nos besoins. L’un de ces critères se trouvent être les caractéristiques de l’individu. L’âge et le taux de remboursement sont des points essentiels à considérer dans la sélection de la société mutuelle pouvant vous convenir.

Choisir l’assurance santé complémentaire avec votre âge

Souscrire à une mutuelle de santé n’est plus un luxe mais une nécessité à l’heure où l’Assurance Maladie  réduit progressivement ses charges vis-à-vis de l’individu. Pour ce faire, il faut se référer en premier lieu à son âge. Dès qu’un individu a son autonomie sociale, il peut intégrer une assurance santé supplémentaire. Cette autonomie sociale est définie par l’indépendance (ne plus vivre chez ses parents et ne plus dépendre de leur pensions alimentaires) et faire soi-même sa déclaration

mutuelle femme

fiscale. Pour une femme, choisir une bonne mutuelle en fonction de son forfait accouchement est important si elle prévoit de procréer dans l’avenir. Une personne âgée peut bénéficier d’une formule sans limite d’âge afin de prendre en charge toutes les complications médicales liées à l’âge.

Choisir l’assurance santé complémentaire avec son taux de remboursement

Le taux de remboursement oscille souvent entre 100 à 400%. Vous pouvez aussi rencontrer des mutuelles proposant jusqu’à 700% de remboursement. En fait, ce taux est basé sur la grille tarifaire établie par la Sécurité Sociale. Autrement dit, l’argent qui vous sera retourné sera l’équivalent de 100% à 700% du tarif conventionné. Parfois aussi, le complémentaire de santé s’engage à payer l’écart des frais réels dépensés et des frais payés par l’Assurance Maladie. Il faut faire attention aux conditions posées dans ce cas. Pour le tiers-payant, il est proposé pour les personnes ne pouvant pas avancer les frais. On le propose également dans le cas où les charges à honorer sont trop importants

Augmentation de la cotisation mutuelle cette année

Les dépenses médicales des ménages français sont exorbitants d’où la nécessité pour chaque famille de souscrire à une mutuelle santé. Une assurance santé complémentaire assure une bonne couverture médicale. Cette couverture garantie par la mutuelle se paye à un prix plus fort encore cette année 2012. C’est ce que prévoit la Mutualité Française. Cette hausse serait de l’ordre de 4,7% pour cette année. 3,2% touche l’impôt et 1,5 % concerne l’accroissement des frais.

Les raisons de cette augmentation des cotisations mutuelles

Les 4,7 % de hausse des tarifs des mutuelles sont divisés en deux groupes bien distincts. Le premier part touche la taxation. Le second part est destiné aux diverses dépenses. Cette hausse s’explique de deux manières différentes. La première est la multiplication par deux de l’impôt tiré des mutuelles. Cette décision du gouvernement a été annoncée en décembre dernier. Elle entre dans le cadre du plan de rigueur de l’État. La deuxième explication est la répercussion de la crise économique dans ce domaine. Cette crise a fait que la plupart des dépenses enregistrées par les mutuelles ont plus ou moins évoluées.

Une hausse en fonction de chaque assurance maladie supplémentaire

Chaque assurance complémentaire mettra en place sa propre politique de gestion de cette hausse de taxe et de cette crise. Certains assureurs prévoient déjà une augmentation de 10 % des cotisations à cause de cette taxe. La raison en est que nombreux sont les assureurs qui n’ont pas voulu accroître leur tarifs en 2011 à cause des mesures économiques prises par la Sécurité Sociale, alors qu’ils auraient dû. Ce sera un coup dur pour les assurés. Cela provoquera surement la désinscription de nombreux membres de ce genre de société. Par contre, les assureurs ayant suivi les évolutions économiques de l’année prochaine dans leurs tarifs sauront mieux agir cette année

Bienvenue sur Question Mutuelle. Au travers nos articles et nos question réponses ce site a pour but de vous apporter toute l'information dont vous avez besoin pour choisir votre mutuelle, quel que soit votre situation familiale ou votre statut social.